🌸 Covid-19 : Nous continuons à vous livrer une sélection spéciale de sacs 🌸

0

Votre panier est vide

DOSSIER - La mode éthique et écoresponsable

décembre 23, 2019

DOSSIER - La mode éthique et écoresponsable

La mode éthique et écoresponsable : l’avis de Mazonia

Dans une société profondément marquée par les valeurs du capitalisme, consommer est devenu une habitude, presque un besoin ressenti par la majorité d’entre nous. Métro ; boulot ; achat ; dodo… Cela parait presque cohérent non ? Oui, mais voilà cette consommation quotidienne possède de nombreux impacts sur la planète. On vous détaille dans cet article tous les aspects de l’industrie de la mode aujourd’hui et quelles sont les solutions pour avoir un impact positif à notre échelle.

On ne va pas se le cacher, nous avons tous déjà acheté un article sur un coup de tête. Il se retrouve alors au fond de notre placard et ne semble pas prêt d’en sortir. Pourtant, l’impact écologique de ce vêtement sur l’environnement est plus important que nous le pensons. Le saviez-vous ?  La production d’un seul et unique jean utilise à elle seule l’équivalent de 285 douches ! Ça nous donne envie de réfléchir avant de nous lancer tête baissée non ?

 

Brainstorming du slow fashion - Mazonia

 

 

Si l’impact environnemental est important, c’est sans compter les nombreuses controverses liées à l’exploitation des ouvriers dans les usines de l’industrie textile. Entre les images de jeunes enfants travaillant sans relâche jusqu’à 14 h par jour et les rejets de gaz qui influencent drastiquement les conditions de santé des populations aux alentours … notre sang ne fait qu’un tour ! Consommer oui, mais alors mieux et de manière raisonnée.

Face à ce constat presque alarmant, certaines personnes décident d’agir en essayant d’engranger une prise de conscience collective et, à long terme, de nouvelles habitudes de consommation. Articles, reportages, livres … Tous les moyens sont bons pour faire passer le message. Pourtant, l’impact semble être faible lorsqu’on voit qu’en 2018 le groupe Inditex (Zara, Mango, Pull&Bear ect.) est en constante augmentation. Il atteint même les 26,15 milliards d’euros en 2018 (Zone Bourse, 2019). En effet, les géants sont ancrés sur la scène internationale et ont un impact trop important sur l’économie mondiale pour que les pouvoirs publics décident de prendre les choses en main.

Chiffres du fast fashion de l'entreprise ZARA - Mazonia

 

 

Bon nombre de personnes décident alors de prendre les choses en main pour proposer des alternatives viables à long terme. Les modèles économiques créés souhaitent garantir aux consommateurs des produits de qualité, réalisés à proximité de chez eux, dont le coût rémunère justement les ouvriers. En théorie, c’est bien. En pratique, c’est plus compliqué.

En effet, les coûts de production sont souvent bien supérieurs à ceux des grandes enseignes. Le choix des matériaux, de meilleure qualité tend à tirer les prix à la hausse et sont parfois hors de portée pour la plupart des foyers. Une problématique apparait donc :  Tout le monde peut-il consommer mieux ?  

 Pourtant pour comprendre la volonté d’œuvrer vers la slow fashion et une mode plus éthique, il faut d’abord comprendre en réaction de quel phénomène celle-ci se crée. Nous allons donc brièvement expliquer la « fast fashion ».

 

Diagramme explication du slow fashion - Mazonia

 

Le terme « slow fashion » se crée en opposition au terme de « fast fashion ». Terme anglais qui désigne littéralement la mode rapide, il rappelle en quelque sorte l’idée d’un « fast-food » mais dans le domaine vestimentaire. On achète vite et on se lasse tout aussi rapidement ! Il faut bien comprendre que dans un domaine comme la mode, les collections sont réalisées en fonction des saisons (logique vous me diriez-vous !). Alors comment des enseignes comme Zara ou encore Mango sont-elles capables de sortir de nouvelles collections chaque semaine ? Elles sont fondées sur le modèle de fast-fashion, c’est-à-dire, qu’elles dessinent leurs vêtements moins d’un mois avant leur sortie en magasin. La production est donc rapide, de masse, nécessitant l’exploitation d’un grand nombre de travailleurs. Les conditions de travail des populations du Bangladesh ou encore de la Turquie sont inimaginables pour des Occidentaux. Les enfants travaillent entre 12 et 14h chaque jour, les gaz qui s’échappent de la production sont toxiques et créent de nombreuses maladies. Le concept de sécurité sociale est bien loin. Il faut donc bien comprendre qu’acheter ses vêtements dans certaines enseignes contribue à l’hégémonie de celles-ci sur le marché et donc à une exploitation encore plus intensive. 

 

Photographie du drame Rana Plaza - Mazonia

Drame du Rana Plaza

Il faut rajouter à cela des matières premières de qualité moindre qui obligent le consommateur à renouveler constamment sa garde-robe. La logique capitaliste est donc une constante dans notre société et empêche les gens de se rendre réellement compte de ce qu’il se passe de l’autre côté du globe. Pire, le client, habitué à ce type de système sait qu’il doit acheter instantanément s’il veut que son article soit encore disponible. Les achats réalisés sont des achats dits « d’impulsion », c’est-à-dire irréfléchis.  C’est la raison pour laquelle ils finissent souvent au fin fond de nos placards sans être quasiment utilisés. Cependant, ce modèle est si répandu que chacun d’entre nous se reconnaît alors dans les actions précédentes. Alors que faire pour lutter ou du moins réduire sa consommation et son impact environnemental ? 

Le problème de la publicité

Oui mais voilà, le problème qui se présente à nous est celui de la publicité. Comment ne pas avoir envie de consommer devant l’abondance de contenus qui se trouvent devant nos yeux ? Télévision, radio, presse écrite, instagram, YouTube, Facebook et j’en passe… TOUS les supports de communication en sont ENVAHIS. Lutter contre une consommation excessive est alors assez compliqué quand les articles qui sont placés devant nos yeux nous intéressent. D’autant plus que les produits mis en avant ne sont pas ceux de petites marques Made In France mais plutôt de géants de l’industrie ayant une budget communication phénoménal. La logique financière aspire les petites marques pour laisser une hégémonie parfaite à celles déjà reconnues. C’est donc l’impasse pour les marques naissantes qui n’ont alors plus beaucoup de moyens pour se faire connaitre. De manière plus générale, le marketing est si poussé aujourd’hui que les contenus publicitaires proposés sont conçus pour engendrer une réaction de nos stimuli. Mais ça c’est de l’ordre de la science alors on ne va pas vous en parler en détails. En résumé,le consommateur est poussé vers un processus d’achat. Chacun de nos faits et gestes est donc épié et ceci ayant pour seul objectif de nous faire acheter et de capter notre attention. Alors entrainons nos cerveaux et essayons de dire stop à la publicité intempestive.

la publicité omniprésente - Mazonia

Mais alors si nous revenons au cœur de notre sujet la mode éthique c’est quoi ? Parce-que c’est bien beau de critiquer la fast-fashion mais il nous faut tout de même des alternatives.

La mode éthique c’est une mode durable, dont l’obsolescence n’est pas programmée et qui ne cherche pas à engranger un processus d’achat constant et démesuré. Elle se fonde sur la responsabilité sociétale des entreprises (plus communément appelée RSE). Elle suit donc les trois piliers du développement durable : économie, social et environnemental. Cette dernière choisit de sélectionner consciencieusement ses partenaires afin d’assurer à chaque partie prenante une qualité de travail convenable et surtout un salaire juste. Si chaque entreprise choisissait d’en faire autant, la pauvreté serait réduite à coups sûrs ! 

 

Présentation du RSE - Mazonia

 

Les impacts sur l’environnement sont également au cœur de la préoccupation de la mode éthique. Quand on sait qu’à elle seule la mode est responsable de 2% des émissions de gaz à effet de serre, c’est la moindre des choses ! Notamment, lorsqu’on réalise que c’est plus que les vols internationaux et le trafic par voie maritime réunis. Les marques à vocation éco responsables essaient donc de concentrer leurs usines près du marché en question afin de limiter les émissions de dioxyde de carbone. Le Made In France est donc à privilégiermême s’il est vrai que les prix sont souvent plus élevés (prix de la main d’œuvre à prendre en compte).  Attention, beaucoup de marques choisissent de produire en Turquie afin d’allier proximité et bas coûts, les conditions de travail y sont pourtant bien moins bonnes qu’en France ou que dans d’autres pays européens. Beaucoup de critères sont à prendre en compte finalement …  Néanmoins, il faut être conscient que la production de masse telle qu’elle est effectuée dans les grandes entreprises textiles n’est pas forcément possible en Europe, au vu d’une législation du travail très différente. Les quantités produites seront donc fortement réduites ou alors bien plus onéreuses pour ces marques.

 

made in france, mode éthique - Mazonia

Enfin, la notion de commerce équitable est centrale dans la compréhension de la mode éco responsable. Les marques qui s’engagent dans une démarche de mode éthique ont pour but de rémunérer justement les travailleurs en baissant la marge préalablement établie. Pour des besoins de rentabilité, les prix de ces marques-ci sont généralement bien plus élevés que les enseignes de fast-fashion mais permet alors de réduire la consommation de chacun qui est souvent complètement démesurée. Techniquement, c’est donc la combinaison gagnante !

Ces marques de mode éthique favorisent également la traçabilité pour une transparence parfaite envers le consommateur. Les circuits courts, c’est-à-dire avec le moins d’intermédiaires possible ont un impact énorme sur cette traçabilité. On a tous envie de savoir d’où viennent réellement nos vêtements non ?

Pour résumer,  la mode éthiquec’estun gigantesque ensemble de caractéristiques qui ont pour vocation d’avoir le meilleur impact social, économique et environnemental possible.

 

Les clichés dans tout ça ?

Quand on parle de slow fashion, les clichés vont bon train. Réservée au écolos, bobos et j’en passe, une multitude d’idées reçues naviguent autour de ce terme. Pourtant, même si certaines marques sont onéreuses, ralentir sa consommation est à la portée de tout le monde. Autre cliché, on pense souvent que les pièces proposées par les marques revendiquant appartenir à la slow fashion sont ringardes, démodées ou alors trop simples pour être sûres de durer dans le temps. FAUX. De nombreuses enseignes, optent aujourd’hui pour des créations certes indémodables mais tout aussi fashion que celles des autres marques. Klow et Mae Sue en sont la preuve !

Il serait maintenant mal venu de notre part de blâmer la fast-fashion sans vous donner dans cet article des alternatives. Pour cela nous vous avons créé une petite infographie qui regroupe quatre astuces pour diminuer son impact sur l'environnement. 

 

Infographie selon MAZONIA

 

Comment minimiser notre impact dans l’industrie de la fast fashion ?

Plusieurs alternatives, souvent très simples à réaliser permettraient de réduire notre consommation en matière de vêtements. Parce-que pour être fashion, pas la peine d’avoir un dressing plein à craquer right ?

 

  • Acheter moins: acheter de manière compulsive est devenue monnaie courante. Et si nous réfléchissions un peu plus avant de nous précipiter vers l’acquisition d’un produit ? Notre porte-monnaie nous remerciera.

 

  • Privilégier les marques éco – responsables (voir notre sélection ici) Alors oui certaines marques font l’effort de suivre des engagements forts et c’est pour ça que chez Mazonia nous pensons qu’il est important de les soutenir. Matières recyclées ou naturelles, circuits courts et Made In France ou enfin respect des travailleurs … que de beaux engagements ! D’ailleurs, on vous a fait une sélection de nos e-shops favoris tous écoresponsables et soutenant une cause qui nous est chère.

 

  • Et la seconde main ? aujourd’hui de nombreuses options naissent pour nous permettre de redonner une seconde vie aux vêtements usagés. Vide dressings, braderie, friperie ou encore des applications telles que Vinted ou Vestiaire Collective ; les possibilités sont presque infinies ! Petit plus : toutes les gammes de prix sont disponibles. La seconde main s’ouvre aussi à la décoration, avec l’abondance des vide-maisons permettant à chacun de s’y retrouver.

 

  • Laver moins: alors oui, le conseil peut paraître banal mais en moyenne chaque foyer française fait 5 machines par semaine ! Toute l’eau et l’énergie produite pourrait être utilisées à de meilleures fins non ? Alors, mieux vaut éviter d’envoyer à la machine chacun de ses vêtements après leur première utilisation et les re porter dans la semaine.

 

Aussi, pour réaliser cet article nous nous sommes appuyés sur de nombreux rapports existants comme ceux de Greenpeace par exemple qui sont des référents en la matière. Des vidéos et des reportages ont également été réalisés sur le sujet. Ils permettent alors à chacun de se rendre réellement compte de ce qui se passe parfois de l’autre côté de la planète. 

Publicité qui lutte contre le fast-fashion où lutte aussi MAZONIA

 

  • The True Cost  1H32 de documentaire aux images effrayantes qui montre la corrélation entre demande exponentielle et conditions de travail abominables.

 

  • Riverblue  ou comment l’industrie de la mode tue nos rivières et océans. 1H35 d’images qui nous font réaliser les conséquences de l’industrie textile dans le monde et plus particulièrement dans une ressource indispensable à la vie : l’eau.

 

  • La mode à mort  par Arte, documentaire qui propose une réelle comparaison entre les promesses des géants de la mode, et les engagements tenus sur le terrain. Le contraste nous donne des frissons …

 

  • Le Monde selon H&M  :Spécial Investigation fustige la grande enseigne de prêt à porter qui serait à l’origine de la démocratisation du modèle de mode prête à jeter. Une reportage intéressant qu’on vous recommande !

 

  • Révolte dans la Mode  :tout récent, ce documentaire se focalise sur les personnes qui souhaitent avoir un impact positif dans ce domaine si peu responsable (un documentaire en lien avec notre sélection d’e-shops écoresponsables ! )

 

  • Pourquoi s’habiller pollue  ?  Une vidéo d’une dizaine de minutes qui explique clairement les impacts écologiques de la mode sur la planète. Claire et précise, pour celles qui souhaitent s’informer en peu de temps.

 

  • Le témoignage de Amma Aburam contre la Fast Fashion par Brut  :  « les vêtements sont devenus des objets jetables ».Témoignage poignant d'une industrie textile en déclin. 

 

 Des exemples d’articles et de livres :

 

Livre slow fashion de Safia Minney apprécié par Mazonia

  • Slow Fashion : aesthetics meets ethics par Safia Minney. Tout comme dans le reportage la révolte dans la mode, ce livre met en lumière les pionniers de la mode éthique et responsable.

 

  • The Future of Fashion: Understanding Sustainability in the Fashion Industry :  Ce livre indique les réels impacts de l’industrie textile dans le monde malgré les efforts des géants pour les taire. Des pistes pour une mode plus durable y sont aussi abordées.

 

  • Une mode éthique est-elle possible ?  par Majdouline Sbai. Une référence pour ceux qui veulent s’informer sur la pluralité des enjeux de la mode du XXIème siècle (en français).

 

  • Toujours moins cher … mais à quel prix ?  Par la même auteur, ce petit bijou nous livre 8 solutions pour une mode éthique. Parce que maintenant que les problèmes sont révélés, il est grand temps de trouver des solutions.

 

  • Voyages aux sources de la mode éthique de Lionel Astruc :  toujours sur une note positive, Lionel Astruc nous offre un aperçu de la mode éthique à travers le monde et à quel point cette dernière change les conditions de vie des travailleurs.

 

Dans cet article nous avons souhaité mettre en lumière les impacts de la fast fashion sur le monde actuel. Qu'elles soient humaines ou environnementales, les conséquences sont parfois graves, il est donc important que chacun d'entre-nous prenne conscience de l'envers du décor en consommant de manière plus responsable. La mode éthique est donc plus qu'une tendance "bobo", c'est un nouveau mode de vie à adopter. 

Éthiquement, 

> Retour au shop < 


1 Réponse

Chloé
Chloé

janvier 05, 2020

Dossier super complet et merci pour les ressources pour s’informer :)

Laisser un commentaire

Recevez nos actus :