Veganisme : mode ou réel mouvement ?

janvier 13, 2020

Veganisme : mode ou réel mouvement ?

Qui n’a jamais entendu le terme « vegan » au moins une fois dans sa vie ? À moins de vivre dans une grotte, ce mot trouve aujourd'hui une consonance en chacun d’entre-nous. Ce terme et les pratiques qu'il couvre se sont malgré tout fait connaitre très récemment du grand publique. Analyse d'un phénomène en constant débat :

Pour le dictionnaire Larousse, un vegan est : « une personne qui cesse de consommer l'ensemble des produits provenant d'animaux ». Aujourd’hui, le marché vegan est en constante augmentation (+24% en France en 2018). A contrario, la hausse du nombre de convertis est très largement controversée.

Une question suscite alors tout notre intérêt : la montée du véganisme est-elle corrélée à la prise de conscience collective sur l’environnement ou bien est-elle simplement un effet de mode ?

Un effet de mode ? 

Il s'avère plutôt facile de considérer le véganisme comme une mode, étant donné l’engouement que celui-ci suscite depuis ces dernières années. Les adeptes sont de plus en plus nombreux et notamment sur les réseaux sociaux, où partager son régime alimentaire 100% healthy est un vecteur de likes indiscutable.  Dans les pays anglophones, nous remarquons aussi que le marché vegan est devenu un business à part entière. Aux États-Unis, par exemple, il représente 3,1 milliards de dollars !

Tout tend alors à faire penser que ce mouvement vegan est finalement détourné de son but originel.

“Sales of plant-based food in the US went up by 8.1% during the past year, topping $3.1 billion, according to research carried out by Nielsen for the Plant Based Foods Association (PBFA) and the Good Food Institute.” (Fox, Katrina. 2018.)

 

Pourtant, le groupe Xerfi, spécialiste dans les études sectorielles prévoit un essoufflement de ce marché pour 2021 :

 

« Tout en affirmant que la hausse de la consommation de produits d’origine végétale est « bien une tendance lourde », Xerfi estime néanmoins que les alternatives à la viande et aux protéines de lait « s’inscrivent dans un effet de mode ». Ce qui conduit l’institut à prévoir un essoufflement progressif du marché de l’alimentation végétarienne et végane au-delà de 2021. »

 

 

Les réseaux sociaux participent aussi grandement à cette image de mode passagère et à la décrédibilisation du mouvement vegan. En effet, si il y a tout juste deux ans, une vague végan déferlait sur nos écrans, de nombreuses personnalités publiques disent aujourd’hui être revenues à un régime alimentaire « traditionnel » suite à des troubles de santé. En somme, pas de quoi inciter un grand nombre de gens à le devenir !

Oui mais voilà, le problème restera celui que le régime vegan n’est techniquement pas dangereux. Seulement, ces personnes ont bien souvent confondu manger autrement et manger moins, jusqu’à entrainer des carences pouvant mener à une hospitalisation. L'influence de ces personnalités est donc à double tranchant. Cette tendance « éphémère » amène ainsi certaines personnes à s'inquiéter sur la viabilité du veganisme au long terme …

 

Un mouvement issu de la prise de conscience collective sur la cause animale et environnementale :  

 

 

Mode éthique et éco-responsable, zéro déchet et véganisme. 4 mots qui témoignent d'une réelle envie de consommer de manière plus réfléchie et raisonnée. Si nier que certaines personnes suivent le régime vegan comme on peut suivre une mode serait absurde, dire que ce dernier ne se résume qu'à cela le serait encore plus. 

En effet, avant d'être un effet de mode, les vegans sont des personnes ayant des convictions et souhaitant avoir un impact positif sur la planète. Suivre un mode de vie tel que celui-ci demande certains ajustements mais qui, une fois ancrés, sont des habitudes qui peuvent être prises par tous. 

En conclusion, dire que le veganisme est un effet de mode est un raccourci qui stigmatise les personnes ayant de réelles convictions envers la cause animale et/ou écologique. Si on peut affirmer que des personnes influentes ont surfé sur la vague pour s'attirer un auditorat plus large, ce n'est pas une généralité.  Comme tout mouvement, il a rapidement été adopté par les marques qui voient en l'esprit veggie une tendance rentable sur le long terme. Ainsi, la controverse peut être aisément expliquée mais elle ne justifie pas la décrédibilisation du véganisme. 


Laisser un commentaire

Recevez nos actus :