Si Jeanne n’avait pas pris cette année sabbatique en 2016, elle n’aurait pas rencontré les Wayuus, un peuple du nord-est de la Colombie. Elle n’aurait pas découvert les magnifiques sacs colorés et tissés par ce peuple. Elle n’aurait pas poursuivi son chemin jusqu’en Colombie à la rencontre d’artisans d’exception tels que : Duvis, Benecia, Trino… Si Jeanne avait trouvé un travail en rentrant en France, elle n’aurait pas lancé ce projet entrepreneurial. Si elle n’avait pas eu la prise de conscience sur les méfaits de la Fast Fashion, elle n’aurait pas voulu créer une marque de mode engagée et éthique ayant un impact direct et positif sur la vie de ces artisans. Finalement, si ce projet ne vous avez pas interpelé, vous ne seriez pas en train de nous lire pour en savoir plus sur cette folle aventure, dans laquelle vous faites maintenant partie !

 

Voici une brève présentation des fantastiques rencontres que Jeanne a tissées au fil de ses voyages. Partons ensemble à la découverte de ces savoir-faire colombiens uniques et venez rencontrer les artisans avec lesquels nous co-créons Mazonia.

 

L’artisanat du peuple des WAYUUS

Origine : La Guajira, Nord-Est de la Colombie

Communauté : Wayuu

Nos tisserandes, telles que Nelly, Maira, ou encore Glenys vivent dans le désert de La Guajira. C’est depuis leur rancheria (nom donné à leur lieu de vie), qu’elles confectionnent les superbes sacs mochilas wayuus. Leur savoir-faire unique est transmis de génération en génération, de mère en fille. Les motifs de chaque mochila représentent leur histoire, leur chemin de vie et aussi toute la nature qui les entoure. La rondeur du sac représente le ventre de la mère. C’est en spirale que débute ce minutieux travail et le sac sera tissé d’un seul tenant jusqu’en haut. Chaque bandoulière et fond de mochila est entièrement inventé par la tisserande, et symbolise sa signature personnelle. Une mochila prendra entre 7 et 15 jours de travail, selon la technique utilisée.

Jeanne avec les tisserandes Wayuu à La Guajira, Colombie

Nous travaillons aussi avec Ketty, Didier et Diana, une famille Wayuu avec qui nous co-créons de magnifiques sangles de yoga, des pochettes et des porte-clefs. Ce sont de tous nouveaux produits réalisés dans le respect du savoir-faire Wayuu. C'est pour soutenir leur famille, et continuer à financer les études de chacun qu’ils élaborent ensemble ces petites merveilles !

Diana, Ketty & Didier

Les bracelets TISSÉS

Origine : Campagne de Medellin, Antioquia, Colombie

C’est depuis chez elles, en dehors des usines, que ces femmes au foyer colombiennes tissent nos jolis bracelets sur des métiers à tisser portatifs. Dans de bonnes conditions et rémunérées à la hauteur de leur talent, c’est un système qui leur permet une véritable émancipation économique, familiale et sociale. Sans nécessité d’exode rural, elles préservent ce savoir-faire unique depuis leur maison.

Certains designs sont créés par les tisserandes, et d’autres sont imaginés par Jeanne. Un joli travail de co-création pour réaliser ces magnifiques bracelets tissés 100% à la main.

La technique utilisée est une technique ancestrale qui porte le nom de “tissage aux cartes”. Elle tire son nom des plaquettes cartonnées utilisées pour créer les dessins. Des traces de tissage à cartes datant de l'an 600 avant notre ère ont été découvertes. La technique n'a, à ce jour, jamais changée.

Voici Luisa, avec qui nous réalisons les fameux bracelets franco-colombien :


Les boucles d’oreille en IVOIRE VEGETAL

Origine : Atelier de Bogota

C’est en 2019 que le chemin de Jeanne croise celui d’Olivier au détour de son atelier à Bogota. Olivier et sa famille ont commencé à travailler l’ivoire végétal (aussi appelé tagua ou corozo), il y a plus de 20 ans. À leur début, ils étaient spécialisés dans les boutons en corozo, mais avec le temps ils se sont spécialisés dans le bijoux.

Jeanne a très vite eu un coup de cœur pour ce matériau noble et respectueux de la nature. Mais qu’est-ce que l’ivoire végétal? Il s’agit d’une matière 100% naturelle extraite d’une graine d’un palmier qui pousse au cœur de la forêt amazonienne. La récolte est manuelle et au sol, après que le fruit soit tombé naturellement. Ce processus préserve donc l’écosystème de la forêt tropicale colombienne. Ce sont 7 artisans qui participent à la création de ces magnifiques boucles d’oreilles naturelles, légères, anti-allergéniques et résistantes.


Les bracelets des WOUNAANS

Origine : Choco, Côte Pacifique de la Colombie actuellement habitant Bogota (déplacer dû aux conflits armés)

Communauté : Wounaans

Trino, sa femme Ofelia et leur famille sont à l’origine des superbes bracelets de werregue. Le werregue est une fibre naturelle extraite du palmier. Ils font partie du peuple des Wounaans, un des 102 peuples natifs de Colombie.

Il y a 5 ans, le conflit armé les a poussé à abandonner leur terre natale de la région du Choco, pour se réfugier à Bogota, 2630 mètres d’altitude plus haut.


C'est dans leur humble maison du sud de la capitale, qu'ils m'ont reçu pour la première fois, il y a 2 ans déjà. Ofelia, la femme de Trino, s'efforce de transmettre ses connaissances ancestrales de tissage à ses filles et ses petites filles, pour ne pas perdre ce précieux héritage malgré leur déménagement forcé.   

Nous sommes ravis de pouvoir les soutenir dans leur démarche de sauvegarde de leur savoir-faire et la transmission de leur artisanat aux futures générations !

 

Les sacs FILETS

Origine : Forêt amazonienne, Sud de la Colombie

Communauté : Coreguajes


C’est par la rencontre avec Leonidas, qu’a débuté une collaboration pleine de sens autour des sacs filet du peuple des Coreguajes : des sacs en fibres et teintures 100% végétales.

La fibre textile provient du Kumare, une feuille de palmier et toutes les teintures sont réalisées à base de plantes. Comment procède-t-on à l’extraction de la fibre? Tout d’abord, nous partons à la recherche des arbres dans la jungle et nous découpons des feuilles. Une fois les feuilles coupées elles repoussent en quelques mois, nous respectons ainsi le cycle de la nature. Les fibres sont séchées puis polies et assouplies à l'aide d'un épis de maïs égrainé! Enfin la fibre est roulée pour devenir un fil solide qui sera tissé. Toutes les couleurs obtenues proviennent de la nature. Par exemple, la couleur jaune moutarde est obtenu avec du curcuma ! Ces sacs qui sont réalisés par une suite de nœuds sont très résistants ! 

Les sacs sont réalisés par Trino, sa mère et sa tante. Ces sacs leur permettent de faire perdurer l’artisanat ancestral de leur peuple, ainsi que de soutenir financièrement leur famille.

Le Taller de PIÑA

Origine : Riohacha, Guajira, Nord-Est de la Colombie

C’est à l’atelier de couture de la famille Piña (ananas en espagnol), que se réalise la pose des poches et étiquettes à l’intérieur des mochilas Mazonia. Favorisant toujours le savoir-faire des artisans locaux et pour une fabrication 100% colombienne, nous avons choisi pour les derniers détails avant le voyage de vos mochilas vers la France ce magnifique taller familial où chaque détail est réalisé “con mucho amor”.

Atelier de couture de Piña, artisan Mazonia


Ceci est un voyage au cœur de nos valeurs, en vous présentant en toute transparence, chaque artisans partenaires avec lesquels nous collaborons avec beaucoup de respect et de sincérité.

Con mucho amor,

Jeanne.